LES MOTARDS CAMARGUAIS ET CANTALIENS Index du Forum
LES MOTARDS CAMARGUAIS ET CANTALIENS
AMITIE , BALADE , PLAISIR , RIGOLADE TOUT SIMPLEMENT
 
bouton portailbouton portailbouton portailS’enregistrerConnexion

:: C’est l’histoire d’une moto, celle de Coluche… ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LES MOTARDS CAMARGUAIS ET CANTALIENS Index du Forum -> LE COIN DE DETENTE -> LES BLA BLAS TOUT ET DE RIEN
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
LOLO
AIDE FORUM

Hors ligne

Inscrit le: 15 Nov 2014
Messages: 2 274
Localisation: REILHAC

MessagePosté le: Ven 14 Oct - 21:26 (2016)    Sujet du message: C’est l’histoire d’une moto, celle de Coluche… Répondre en citant

SALINS-FONTAINE C’est l’histoire d’une moto, celle de Coluche…


 



 


 


 


C’était la moto à disposition des copains de “Mimi” Colucci. Un collectionneur savoyard l’a rachetée aux enchères et l’a fait restaurer.
C’est l’histoire d’un mec… Un motard, dont l’œil s’éclaire et la voix patine lorsqu’il s’agit d’évoquer la plus belle pièce de sa collection de bécanes. L’Enduro en question, une Husqvarna 250 WR de 1981, ne paye pas de mine, bien au contraire. Mais sur sa carte grise, un nom et un prénom lui donnent toute sa valeur : « Michel Colucci ». Coluche, motard passionné, conduit jusqu’à la “grande faucheuse” par sa passion…
Charles-Henri Delahaye a soufflé cette moto au nez et à la barbe de nombreux acheteurs à Rétromobile à Paris, lors d’une vente aux enchères publique de la célèbre maison Artcurial motorcars, le 7 février 2014. « Il y avait 800 personnes, des collectionneurs, des étrangers… », se souvient-il. Le lot 201 était le premier des 344 en vente. Un commissaire-priseur lui a conseillé de se mettre accroupi devant. « Tout le monde n’était pas installé, j’ai profité du brouhaha. J’allais laisser tomber, je m’étais fixé 6 600 € en limite. Il m’a fait signe de surenchérir encore une fois, je l’ai eu pour 7 748 € frais compris. Je n’en revenais pas. »
Évaluée à 2 500 € par l’expert, Charles-Henri ne regrette pas son coup. « C’est cher pour une moto comme celle-ci, mais avec son histoire, ce n’est rien ». Une Bentley 8 litres coupé Sportsman Gurney-Nutting pouvait partir à plus de 2,195 millions d’euros, après une Delahaye (« de lointains cousins de Chambéry ! ») à 95 000 €, le Savoyard était sur son nuage. « J’allais à cette vente juste pour cette moto, vue sur le précatalogue. J’aimais bien ses sketchs. Grâce à une amie figurante, j’avais rencontré Coluche en 1982 à Courchevel, lors du tournage de “La femme de mon pote”. J’avais pu lui dire bonjour sur une passerelle en bois, c’est tout ! » Ce n’est que lorsque le comique a battu le record de vitesse du kilomètre en 1985, que Charles-Henri Delahaye a découvert qu’il troquait souvent sa salopette à rayures pour le cuir. « Un passionné qui n’avait pas le look ».
Dans sa collection de deux roues, cette Enduro, que Coluche avait rachetée en mars 1985, tenait une place à part. « Cette 250 Husky 2-temps, montée en supermotard, il l’appelait “le gigot”, à cause de son échappement emmailloté », expliquait en juin, à nos confrères de Moto Journal, Pierre Boudon, qui s’occupait de ses motos, à Sud Moto à Fresnes. « C’était son outil pour la ville, mais il l’a peu utilisée vu le barouf qu’elle faisait ». Elle était devenue la moto des potes, à disposition dans la cour de son immeuble, rue Gazan, dans le 14e arrondissement. « Elle se démarre sans clef, avec le kick », constate le nouveau propriétaire. « Il l’a fait sigler 125 pour faire croire qu’on est dispensé de permis pour la conduire. Mais c’est bien une 250 ». Et roule, ma poule... Cette moto suédoise, rustique, est venue enrichir la collection du Savoyard, forte de plus d’une vingtaine de deux roues, de toutes marques, de toutes cylindrées. « Sauf BMW et Harley », souligne ce motard de longue date, qui a renoué avec sa passion à l’aube de la cinquantaine, après s’être débarrassé d’un méchant mal de dos. « Je n’avais plus mal, j’en ai racheté », sourit Charles-Henri. Celle-là a quitté la capitale grâce aux transports Prévost, spécialisés dans l’acheminement des voitures de collection. Adieu Paris, Tchao Pantin. Destination Salins-les-Thermes, à côté de Moûtiers, pour une petite bécane de 105 kg seule au fond de son semi-remorque ! Sans doute les égards dus à son rang.
Conservée telle une relique, la salle de vente assurait qu’elle ne demandait qu’à démarrer. « C’est là qu’on voit la différence entre un commissaire-priseur et un motard », se marre le Savoyard. Un schmilblick que Papy Mougeot n’aurait pas renié. Le moteur était bloqué. Charles-Henri l’a confiée à la science de Michel Gautier. « Le moteur est resté déposé un bon bout de temps. Il a fallu changer le vilebrequin, chercher des pièces d’origine et même en refaire d’autres sur mesure. Pas le choix ! On en a mis du temps », reconnaît le patron de Moto loisirs. Son jeune mécano, Stéphane, pas né du temps du comique, s’est pris d’intérêt pour la bécane. « C’était une fierté de refaire quelque chose qui appartenait à Coluche. J’avais une petite appréhension, mais quand j’ai entendu le bruit, la première fois… »
La restauration a duré des mois, Charles-Henri, pris par son activité professionnelle, n’était pas pressé. « C’est l’avantage d’être collectionneur ! Mais heureusement que Michel ne m’a pas facturé toutes les heures passées dessus par passion. » En juin dernier, quelques jours à peine après le 30e anniversaire de la disparition de Coluche, le premier coup de kick a été le bon, la Husky est partie au quart de tour. « J’ai fait à peine 17 km avec. De nos jours, ce type de moto est un peu bruyant. Elle ne passe pas inaperçue, il ne faut pas rester en ville. En plus, elle “gigote” et n’a pas de plaque d’immatriculation ». Mais il l’a assurée et, comme toutes ses bécanes qui roulent, il la sort. « Une moto s’abîme si elle ne roule pas ». D’autant que Charles-Henri s’est encore plus attaché à sa pièce de collection. « Je l’ai gardée plus d’un an chez moi avant de la confier à Michel, et ma maison a brûlé ! Et quand elle était dans son atelier à la Saulcette, début avril 2015, elle a échappé à un éboulement : un caillou de 35 tonnes a défoncé le mur et s’est arrêté à deux mètres ». Le motard ne croit pas si bien dire. « Cette moto a une histoire »…
« Je l’ai eue pour 7 748 euros frais compris. Je n’en revenais pas. C’est cher pour une moto comme celle-ci, mais avec son histoire, ce n’est rien... »


Dernière édition par LOLO le Sam 15 Oct - 17:07 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 14 Oct - 21:26 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
DOUDOU73
LES COPAINS

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2015
Messages: 1 321
Localisation: Mèze

MessagePosté le: Sam 15 Oct - 16:23 (2016)    Sujet du message: C’est l’histoire d’une moto, celle de Coluche… Répondre en citant





souvient toi avant d'être un chêne ce fut un gland
aussi haut que tu est assi ce n'est jamais que sur ton cul


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
jp
LES GUIDES

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mai 2016
Messages: 268
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Sam 15 Oct - 17:27 (2016)    Sujet du message: C’est l’histoire d’une moto, celle de Coluche… Répondre en citant

Okay toute une histoire

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:58 (2017)    Sujet du message: C’est l’histoire d’une moto, celle de Coluche…

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LES MOTARDS CAMARGUAIS ET CANTALIENS Index du Forum -> LE COIN DE DETENTE -> LES BLA BLAS TOUT ET DE RIEN Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
WorkStation[fusion] © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com